"La recherche continuelle de Dieu dans la solitude est comme un "exode", un retrait "au désert" où le Seigneur attire et conduit pour parler au Cœur" 
(Os2,16)  Constitutions n°105


Le carmel, un Esprit avant d'être une Règle

Contrairement à la plupart des autres Ordres religieux, au Carmel nous n'avons pas de fondateur à proprement parler. C'est en effet sur la demande d’un groupe d’ermites implanté en Terre Sainte, au Mont Carmel, que la Règle fut rédigée au début du XIIIème siècle par saint Albert patriarche de Jérusalem. Ce dernier rassembla pour eux des chaînes de notations inspirées de la Règle de St Augustin, qu'il avait  observé lui-même, ainsi que de St Basile connu à travers Cassien. La Règle fut confirmée par le Pape Honorius III en 1226.


Ces premiers ermites vivaient autour d’un Oratoire dédié à la Vierge Marie, à laquelle ils vouaient un culte tout particulier et aussi près de la source dite du Prophète Élie, en se rattachant aux antiques traditions de ce lieu qui y avaient maintenues vivant son Esprit...

 

Un Esprit de contemplation par la présence à Dieu dans le silence et la solitude :
«Il est vivant le Dieu devant qui je me tiens» I Rois 17, 1

 

Un Esprit de mission par le souci qu’un plus grand nombre découvre le visage de ce Dieu vivant :
«Je brûle de zèle pour Yahvé Sabaot…» I Rois 19,9

 

Au XVIème siècle, en Espagne, c’est dans l’élan de réforme de toute l’Église que Ste Thérèse d’Avila, redonna vigueur au Carmel, non seulement en revenant à l’Esprit de la Règle "Primitive" relue dans le contexte de son temps, mais aussi en insufflant à ses sœurs de nouvelles intentions apostoliques et en leur donnant tout un enseignement sur l’oraison et le chemin qui mène à la vie d’union avec Dieu. Un enseignement précieux qui sera d’ailleurs livré à toute l’Église par ses écrits et par les fruits de ses nombreuses fondations, à travers ses sœurs.


Cours de spiritualité carmélitaine

www.institutjeandelacroix.org