Notre vie de carmélite, entre solitude et vie fraternelle en vue de la prière

Notre style de vie est marqué par un équilibre particulier entre une vie de solitude, en vue de tenir notre cœur vigilant dans la prière et une vie fraternelle en communauté, pour s’entraider sur le chemin et être témoins de cet Amour qui nous fait vivre.

 

Temps en solitude : 1 h de lecture spirituelle, 4 h 45 de travail et 1 h de temps libre.

Temps en commun : 5 h de prière, 2 h de repas et 45 min de rencontre fraternelle.



Carmélites, notre vie est toute ordonnée en vue de l'Oraison,
"ce dialogue d'amitié avec le Christ où l'on s'entretient souvent, seule à seul, avec Celui dont nous nous savons Aimées."


Une communauté de vie

La communauté est le lieu où nous pouvons nous stimuler dans notre quête de Dieu, mais aussi nous donner dans un humble quotidien et vérifier l’authenticité de ce que nous pouvons vivre dans la prière, au cœur de relations fraternelles qui peuvent être heureuses, mais aussi parfois rugueuses.

 

A l'origine, Ste Thérèse d'Avila voulait des communautés d'une douzaine de sœurs, pour préserver le caractère érémitique du Carmel en vue de la prière, mais aussi afin de promouvoir un certain climat familial, marqué par la simplicité, la pauvreté et la joie...

Notre artisanat monastique

En 1948, les circonstances d’après-guerre ont conduit notre communauté, à choisir un artisanat enraciné dans la tradition locale par la confection d’articles de literie : couvertures piquées, édredons, couettes, oreillers… Cependant, depuis peu, nous avons recentré notre production uniquement sur les couettes, à cause d'une abondance de demandes que nous ne pouvons pas satisfaire, suite à une émission de TV  qui nous a fait largement connaitre sur toute la France et au-delà.

 

Travail que nous réalisons en solitude, afin de garder un cœur vigilant dans la prière.

En communion avec le monde

Cette communion, dans la prière, avec le monde et l’Église, est nourrie par les contacts que nous pouvons avoir avec les personnes qui nous fréquentent, mais aussi à travers nos diverses lectures : journaux, revues ou livres. Ce sont des visages, des vies, des événements et des intentions qui viennent habiter notre cœur.

 

Par ailleurs, en 1974 notre communauté a vu une de ses sœurs partir en Afrique avec deux autres sœurs des Carmels de Tours et Troyes pour fonder le Carmel de Brazzaville avec lequel nous gardons des liens très vivants et fraternels.